Projet

C’est avec fierté que divers partenaires s’allient afin de faire la promotion du consentement et de l’importance d’intervenir lorsque nous sommes témoins de sexisme ordinaire. En effet, le projet #ellenapasditoui vise à sensibiliser la communauté du Haut-Saint-François quant à l’impact que peuvent avoir certaines situations du quotidien pour les femmes.

 

De quelles situations parlons-nous? Il peut s’agir de blagues, de regards insistants, de commentaires ou encore des gestes déplacés qui nous mettent mal à l’aise et auxquels on se demande toujours comment réagir. Souvent, la solution retenue est de ne rien dire, car on ne veut pas passer pour la « chialeuse », on ne veut pas briser l’harmonie ou créer de conflits. Donc on ne dit rien. Pourtant, ne rien dire laisse penser que ces comportements sont acceptables et c’est ainsi que se reproduisent sans cesse ces gestes. Nous demandons donc aux personnes témoins de ces situations d’intervenir et d’agir, car il n’est pas toujours facile pour les personnes concernées de dire non.

 

À la Méridienne, maison d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales et au Centre des Femmes La Passerelle, on constate qu’il ne s’agit pas de cas isolés, mais d’un phénomène de société très important. Demandez aux femmes autour de vous, que ce soit au travail, dans leur vie personnelle, dans la rue, dans leur famille si certains commentaires ou gestes sont prononcés à leur endroit.

 

« Tu n’es pas pire pour une femme », « tu devrais te maquiller plus souvent », « surveille ton verre, on ne sait jamais ce qui pourrait être mis dedans », « tu ne devrais pas te promener seule le soir, on ne sait jamais », « si elle avait été habillée autrement, ça ne lui serait jamais arrivé », « si elle reste, c’est qu’elle doit aimer ça ». Des phrases qui sont, à priori anodines, mais qui discriminent encore aujourd’hui les femmes. Car si ces phrases ne sont pas toujours dites avec de mauvaises intentions, elles font perdurer des clichés qui, eux, entravent l’égalité entre les femmes et les hommes. On remarque également que toute la responsabilité revient aux femmes, comme si elles devaient s’adapter, se surveiller constamment pour que rien ne leur arrive. Ce sexisme ordinaire peut avoir de lourdes conséquences, soit ne pas pouvoir se déplacer librement, avoir un milieu de travail où peuvent survenir des situations de harcèlement, un salaire moindre pour des compétences égales et pouvant aller à des agressions à caractère sexuelles et subir des actes de violence.

 

Ce projet, en plus d’interpeller la population par une campagne publicitaire, invitera les gens de la communauté à participer à des ateliers de sensibilisation afin d’être mieux outillés à intervenir lors de ces situations. Si ce projet vous interpelle, contactez-nous pour plus d’information.

 

Au plaisir de vous y voir!

 

Corporation de développement communautaire du HSF

819.832-3335 ou info@cdchsf.org

 

Centre des Femmes du HSF, La Passerelle

 

La Méridienne, maison d’hébergement pour femmes victimes de violences conjugales

Voici notre série d'affiches! 





Et les vidéos dans le cadre du projet